Rve de femmes
Vous êtes ici : Accueil > Revues > No 40 - L'appel de la Femme Sauvage
 
 
 
N°47 - Ados et Sexualité : des réponses à leurs questions
N°47 - Ados et Sexualité : des réponses à leurs questions
N°46 - Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°46 - Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend PDF
N°44 - Cultiver la joie
N°44 - Cultiver la joie PDF
N°43 - Rites des Premières Lunes
N°43 - Rites des Premières Lunes PDF
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ?
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ? PDF
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ?
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ? PDF
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage PDF
N°39 - Se séparer sans se déchirer
N°39 - Se séparer sans se déchirer PDF
N°6 - Agenda lunaire 2016 - N°6 - PDF
N°38 - Une femme avec une femme
N°38 - Une femme avec une femme PDF
N°37 - Amour, tendresse, fluidité
N°37 - Amour, tendresse, fluidité PDF
N°36 - La fonction de l'orgasme
N°36 - La fonction de l'orgasme PDF
N°5 - Agenda lunaire 2015 - N°5
N°35 - Oser rêver grand et vivre ses Rêves pdf
N°34 - Sorcières, soeurcières, sourcières d'aujourd'hui PDF
N°33 - La Gynéco autrement PDF
N°32 - Les blessures sexuelles PDF
N°31 - Vivre en harmonie avec son cycle lunaire PDF
N°30 - Le Polyamour PDF
N°29 - Rites de purification PDF
  - Agenda lunaire 2013 - N°3
N°28 - La fidélité : à qui, à quoi ? PDF
N°27 - Tentes rouges, Cercles de Femmes PDF
N°26 - Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... - Parlons d'amour et de sexualité aux ados PDF
N°25 - L'argent, une valeur féminine - Décoder le calendrier Maya PDF
N°2 - Agenda lunaire 2012 - N°2
N°24 - Mystère et Puissance de la Matrice - Lorsque les Mères saturent PDF
N°23 - Femmes lunaires, femmes solaires - Secrets de beauté au naturel PDF
N°22 - L'Homme honore le Féminin - Histoires de Seins PDF
N°21 - Les Archétypes - Accouchement Orgasmique PDF
N°1 - Agenda Lunaire 2011
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative PDF
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative
N°19 - Réinventons le couple - Perceptions subtiles PDF
N°18 - Ménopause épanouie - Tao des émotions PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité
N°16 - L'IVG - L'Apparence reflète l'Intérieur PDF
N°15 - Le Sang des Lunes - Pretresses d'aujourd'hui PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin
N°13 - Femmes en réalisation - Prière... action PDF
N°12 - Gratitude - Danse, Grand-Mère
N°11 - Du corps à l'esprit - Femmes de Pouvoir PDF
N°10 - Femme créative - Porter la Vie
N°9 - Semences pr l'à-venir / Mère Terre
N°8 - L'Esprit des Plantes - S'ouvrir à la Mort
N°7 - Le Don d'Amour - Sexualité Sacrée PDF
N°6 - Gai-rire de soi - Apprentie de la Vie PDF
N°5 - La Voix du Silence - Notre lieu de Pouvoir PDF
N°4 - Appel des Femmes... conscience planétaire PDF
N°3 - Responsabilité/Liberté - ...les Ados PDF
N°2 - Sororité/Coopération-Ménopause... Sagesse PDF
N°1 - Cycles du corps-Cycle Lunaire Féminin PDF
 
 
 
Affichage mosaïque
 
 

Si vous souhaitez créer un lien vers notre site, insérez notre bannière en copiant le code suivant :

<a href="http://www.revedefemmes.net" target="_blank"><img src="http://www.revedefemmes.net/banniere.jpg" alt="Rêve de Femmes" border="0" /></a>

 

L'appel de la Femme Sauvage - N40

> Extrait | > Galerie | > Portrait

SOMMAIRE

03 édito / Karine Nivon
04 Sommaire
05 Ours / Cercles de Femmes

06 CARPE DIEM
07 L’air du temps / Frédérique Larcher
08 Astrologie mondiale / Michèle Raulin
10 énergie de saison / Maïtie Trélaün

12 CORPS ACCORD
13 Matern'elles / Clémence Laloue
14 La Révolution des Yoni / Mahasatvaa Sarita
16 L'Ayurvéda au féminin / Nathalie Geetha Babouraj
18 La Femme et le cycle lunaire / Legend Keeper Géraldine

19 PARFUMER L'ESPRIT
20 Parole de Terrien / Yann Marty
21 Le Rêve d'une femme / Natalie Nicoux
22 Le coeur se livre / Julie Cabot Nadal
23 Célébrons la femme debout / Christine Marsan
24 L'Indomptée, ma fidèle insoumise... / Marie-Laure Dellea-Loisance
25 Les carnets de Mila / Mila Buchmann
26 Poésie Vivante / Camille Case

27 DOSSIER : L'APPEL DE LA FEMME SAUVAGE
28 Qu'avons-nous fait de notre instinct ? / Delphine Lhuillier
30 Au tout début... La Femme / Marion-Rebbekah
32 Koré et le taureau / Daniel Testard
34 Femme cherche associé bienveillant ! / Monique Grande
36 Laisser la vie sauvage libre en nous / Séverine Millet
38 Oser la Femme Sauvage / Agnès Millet

40 PARTAGE : NOTRE VENTRE : 1er CERVEAU ?
41 Notre ventre, oui un vrai cerveau / Pierre-André Blanc
43 Ventre, Cet Antre / Audrey Rigaux
44 Cérès et la Vierge / Daniel Testard
46 Notre ventre : premier cerveau ? / Scarlett Weinstein-Loison
47 Le Ventre serait-il notre premier cerveau ? / Muriel Goettelmann

49 POUR L'AMOUR DE L'ART
50 Du subtil dans la matière : Imbolc / Marie Nanouk

52 GARDIENNES DE LA TERRE
53 Femmes de boue : Une peinture à l'oeuf / Nydia Solis Tzaquital
56 Faites-le vous-même : Crèmes nourrissantes / Serena Deligny

57 NOURRITURES TERRESTRES
58 La cuisine ayurvédique / Vibusha
60 Bulletin de commande
62 L'Agenda des Femmes
63 Les possibles à partager
67 Petites annonces
68 Portrait d'artiste : Ma Deva Padma

 
 

 

EXTRAIT

L’Utérus nous parle dans le secret de notre ventre


Une expérience vécue à la confluence des deux thématiques de ce numéro : la Femme Sauvage et le Ventre Qui Sait. Au final deux conceptions qui s'interpénètrent et ne font en réalité qu’UNE !


Dans une perspective féminine, oui, le ventre est le « 1er cerveau » mais pas dans le sens que lui donnent les hygiénistes qui se réfèrent aux intestins comme étant le « 1er cerveau ».
Notre ventre est le berceau d’une connaissance innée réservée aux seules femmes car l’Utérus est un attribut féminin. Par ce que j’ai vécu, il me semble que la Grande Femme Sauvage Qui Sait y réside. Cependant, à un niveau plus profond et plus élevé c’est la connexion avec le Spirituel qui nous est offerte à travers le cycle féminin par l’entremise de notre Matrice.

Un jour de novembre, la neige tombe à gros flocons. J’accueille dans mon cocon une de mes « amies » pour que nos enfants puissent jouer. Comme à son habitude, cette « amie » me ressasse les éternels problèmes dans lesquels elle est embourbée. J’écoute avec attention et empathie désireuse d’apporter un peu de lumière à tant de détresse... Soudain l’atmosphère s’alourdit, des habituels problèmes de mère et de parentage, elle passe à ses problèmes sexuels passés et présents et cela devient très lourd et négatif. Je regarde mon fils et commence à me sentir mal à l'aise. Elle continue. Les vibrations sont de plus en plus pénibles. Je pense à mon futur enfant en attente d’incarnation, étant dans mon grand voyage initiatique de préconception et je commence à me sentir mal, je me sens prise dans un cycle de souffrances auquel je n’appartiens pas et je n’arrive pas à dire STOP, à dire NON. Tout simplement à poser les limites, car depuis toujours j’ai de grandes difficultés en cela. Un vieux problème karmique matérialisé en cette vie par une conception vécue comme intrusive à travers le corps de ma mère suivie d’une naissance technologique où mon espace fut violé et envahi sans la moindre considération, ainsi que le sont les césariennes programmées avant terme, sans travail de conscience préalable de la part des parents et du personnel médical.
Bref, je me sens envahie et je ne sais pas me défendre. La pensée lumineuse de mon futur bébé m’aide. Je pense à cet enfant aimé et désiré que je veux protéger dans ce temps hors-du-temps qu’est la préconception. Je crée un mur de lumière autour de moi... quand soudain... inattendue dans ce contexte , silencieuse, secrète mais si puissante qu’elle arrête le temps...

CONTRACTION. Une contraction ! Mon Utérus s’est contracté fortement ! Mon Utérus s’est levé et a dit « NON, ÇA SUFFIT ! » Mon Utérus s’est réveillé et m’a réveillée ! Mon Utérus m’a sommée de me respecter. Au nom de moi et de mes enfants présent et futurs.
Ma Femme Sauvage Gwladys, Qui sait qui Elle est, Qui sait à qui Elle a affaire, Qui sait dire NON, Qui sait poser les limites, Qui sait partir, Qui sait dire OUI, Qui sait jouir, s’est éveillée et s’est ancrée dans mon ventre. Elle a commencé à se manifester dans ma vie après tant d’années passées muselée par une société qui veut des femmes dociles.

Là voilà cette sagesse et force de la femme, dans l’UTÉRUS ! Force insoupçonnée, méconnue, inconnue... L’Utérus sait et l’Utérus nous parle. Je savais depuis longtemps que les Amérindiennes disent que la femme sent avec l’Utérus. J’avais intégré cette connaissance au niveau théorique. Une première expérience pratique me fut offerte.

La femme a dans sa Matrice sa grande alliée, sa force pour sentir et se défendre et plus encore. Notre Matrice n’est-elle pas également le siège de notre féminité et de notre maternité si tel est notre choix et notre appel ? Une féminité rythmée sur la danse de la Lune jusqu’à ce jour si particulier où la lumière de la Lune se transmute et devient constante pour éclairer la femme de la sagesse de toute une vie... Une maternité dont le secret se déroule au plus creux de notre ventre, dans ce chaudron magique où l’alchimie se crée et la Vie Naît ! C'est tout cela être une Femme, et la Matrice est notre Centre de gravité, autour duquel nos vies se déroulent et s’enroulent... depuis la nuit des temps.

En observant de plus près cet organe et muscle si particulier, on comprend que la Matrice est aussi une Porte vers le monde spirituel. C'est un Calice qui permet d’accueillir l’Énergie de Vie pour la donner ensuite à la Terre, transformée. Cela est particulièrement évident et compréhensible lors de la conception, grossesse et accouchement. On en vient à se demander si cela ne se passerait pas de façon constante dans le cycle féminin dont le but ne semble pas être la seule procréation à la différence des animaux : Ovulation – l’Énergie de Vie matérialisée dans l’Ovule est descendue et a empli l’Utérus (correspondance avec la conception et la grossesse). Écoulement sanguin mensuel – l’Énergie de Vie est arrivée à maturité et est prête à être transmise à la Terre (correspondance avec l’accouchement). À la ménopause que se passerait-il ? L’Énergie de Vie coulerait-elle désormais de façon plus fluide et plus subtile ?
Dans l’ouvrage Dans la Lumière de la Vérité de Abd-Ru-Shin il est dit que la mission de la femme est de faire le Pont avec les Hauteurs Lumineuses. Ce Pont ne serait-il pas matérialisé dans le corps de la femme par l’Utérus ? Ne serait-il pas là le noble dessein et appel de la femme ? N’y aurait-il pas une spiritualisation de la matière à accomplir à travers le cycle féminin ? Ce que nous dit Géraldine Legend Keeper en nous invitant à accomplir notre devoir de Prêtesse lors de nos menstruations .


Oui, la Femme Sauvage est lovée dans notre Utérus et Elle nous parle ! À nous de la mettre au monde et de la laisser s’éclore à la Vie ! Oui, notre Utérus est un Calice qui reçoit l’Énergie spirituelle pour que nous la diffusions au monde, que ce soit par la naissance d’un enfant ou d’un autre type de création. La Matrice est notre essence ainsi qu’un outil et une aide pour notre évolution. La puissance et la sagesse du ventre féminin est un grand Savoir de Femme à retrouver et à vivre. Alors oui, la Matrice est le « 1er cerveau » !

Gwladys JOUSSELME
Maman d’un petit garçon de 3 ans.
Phd., Childbirth Educator : Préparation émotionnelle et spirituelle à l’accouchement et soins traditionnels post-partum, La Leche League leader : soutien à l’allaitement, Praticienne Tomatis Niveau 1: soutien thérapeutique par le son pour les femmes enceintes, Reiki Niveau 1, Canada.
g.j.france@gmail.com

*****************************

Et si les émotions nous guidaient

Aujourd’hui, j’aperçois mon âme, au loin. Elle est si loin que le chemin pour la retrouver est celui de la guerrière, celui de la guerre-ison. Dans la vie concrète me sont données à vivre de dures expériences que chaque femme sur terre vit.

Les histoires de nos vies inscrivent autant que nous la créons une forêt vivante.
Rien n’est créé, tout est déjà là. Notre flore vaginale, intestinale, buccale sont les chemins qui mènent au reste du monde, juste à la lisière de la forêt. Nous inspirons la sève, nous réchauffons notre corps avec son feu, nous affinons notre perception avec ses êtres vivants, nous vibrons depuis notre base avec la terre qui ruisselle sous nos pieds. Résonance continue avec ce qu’elle porte, ce qu’elle nourrit, ce qu’elle met au monde. Nous sommes sur son dos comme les rayons du soleil qu’un enfant dessinera, nous rayonnons de toute notre verticalité.
Nous retournons dans son ventre pour nous reposer quand la verticalité nous empêche d’onduler. Quand l’enfant grandit, les rayons du soleil qu’il dessine deviennent des vagues.
Nous grandissons et comme lui nous devenons aussi sauvages que le vent. Le vent, la pluie, le réchauffement de la planète ne sont pas des pensées que l’univers a. L’univers est simplement. Et nous sommes l’univers.

Dans la nature c’est rapide et lent. Ces deux rythmes sont intrinsèques à notre corps. La femme connaît cette danse depuis toute petite et elle se confirme en elle tout au long de ses cycles. Ceux-ci sont infinis… et ouverts. Elle est créatrice de ces ouvertures dans le monde grâce à son ouverture émotionnelle. Elle est complète, n’a pas besoin de faire toutes les expériences sociales et humaines pour vivre sa véritable nature. C’est lorsqu’elle ondule qu’elle se vit pleinement. Les pieds au sol, elle communique et partage avec le monde du dehors de la forêt. Sa peau expire l’humus de la terre, ses naseaux inspirent la voie lactée.
Prendre une femme dans ses bras n’est pas différent de prendre un homme. L’ondulation intérieure permet d’être touché, de se lover, seul, ensemble, dans les bras de la Divina Madre.
Je croyais être folle, vraiment en prise avec ma folie…
Je réalise enfin que je vis ma folie car il est devenu vital de retrouver la femme sauvage.
La femme sait que tout est illusion, naturellement. Elle sait également que nos émotions sont justes. Réelles et concrètes, elles recèlent une connaissance et une vérité que le monde n’a pas pu accueillir comme l’équilibre des forces naturelles. Le masculin chez la femme a grandi à un point tel qu’aujourd’hui revenir vers cette femme sauvage fait émerger la folie d’être si loin d’elle.
Il ne s’agit plus de se laisser emporter par ses émotions. Seulement les reconnaître et vivre à partir de cette base, notre base. De ce lieu dans notre corps naît l’amour, celui qui jusqu’ici n’a pu être reconnu pour ce qu’il est, mais souvent utilisé à des fins matérielles et spirituelles.
J’hurle du fond de la forêt.
L’appel est Unité, il est sacré.
Il est le nôtre. Il est le mien.
Il est.

Sandra MAURIOUS
shandramaurious@gmail.com

***************************

Ma femme sauvage

Ode et éveil de ma femme sauvage, je te dédie ces mots :
J’aimerais t’écrire, te peindre, te retrouver mon chant de femme.
Cet appel à ma sauvagitude, à ma femme libre, sans attache, dansant au vent.
Alors je viens à toi !
Et tu viens à moi.
M’éveillant au plus profond de moi-même.
Tu es ce chant que je connaissais, que j’ai tu, étouffé.
Alors je te réveille.
Je te bouscule.
Je m’éveille.
Je te laisse monter en moi, comme lave en fusion.
Tu es cette antre où je vais puiser ma richesse de femme.

Chant ancestral,
puissant,
ancré à la terre-mère ,
appel de la forêt,
de toutes les louves qui courent.
Renais au-dedans,
Au-dehors,
de la matière à la terre,
de mon sexe à mon cœur,
de mon âme aux étoiles.
Reviens dans chaque femme en liesse,
en renaissance.

Tu es une soif de liberté,
une eau jaillissante,
cascade où je me baigne,
où nous toutes, nous plongeons.
Je me sens fortifiée,
réunifiée et apaisée, ma femme sauvage, ma femme sacrée, mère des origines.

Tu es cette force intensive,
une liane accrochée à son arbre,
racine de mon féminin,
puissance de ma gestation à cette liberté.

Alors source d’abondance, je te goûte.
Et chaque gouttelette est nectar.

Ondine me voilà métamorphosée.
Et m’affranchis
Découvrant cet océan au cœur généreux,
la lumière danse dans mes yeux.

À Présent, je sais !
Il n’est plus question de faire semblant !

Mais de laisser agir,
ressentir cet appel volcanique,
chant de femme,
appel viscéral,
feu de joie,
d’amour crépitant de mes entrailles.

Je découvre tous ces royaumes offerts et crée mon jardin,
Femme en herbe, en terre, en glaise, matière de soi, écorce de ma nature profonde, je suis !
Ma joie devient grande, alors je roule, dévale, vais sentir et caresser la Pachamama.
Tous ces parfums d’ici et là m’enivrent, je suis fille de la terre !
Femme aux cheveux au vent, envolée et portée
Femme retrouvée et aimée

Ode à toi, Femme libre, non domestiquée, tu sèmes, tu appelles à te rejoindre
Alors femmes, venez, sortez de vos cages dorées
Dansez l’appel de la femme sauvage,
dansez de vos corps et âmes cet appel à la liberté



Yaël CATHERINET
Poétesse, magicienne de la terre, accompagnante du féminin en chemin
Auteure en co-création avec Céline Cailleux du Tarot Féminin Chœur de femmes, Éditions Le Souffle d’Or
Et le livre en co-création Terres de femmes, À la découverte du Féminin…, Éditions Regard & voir
Blog: http://lechantdesarbres.over-blog.com/
Catherinet@neuf.fr

******************************

L’UN TESTE UN
Christian Flèche

Préambule

En Décodage biologique des maladies, si nous souhaitons faire parler un organe autrement que par le symptôme qu’il a choisi pour s’exprimer, nous devons en connaître sa physiologie, son fonctionnement et son anatomie, sa description.

Notions de base

Notre corps est composé de cellules ; un ensemble de cellules aux buts communs, et de leurs substances intercellulaires prend le nom de tissu ; plusieurs tissus ayant une fonction commune s’unissent pour former un organe ; un ensemble d’organes est un appareil ; et notre corps est cet ensemble d’appareils.

Chaque appareil a une fonction principale, une façon d’être au monde, une mission, un sens biologique de survie.

Fonction spécifique de l’appareil digestif

L’appareil digestif gère la nourriture, et cela par le biais des organes le constituant.
Cette nourriture, qu’est-ce que c’est au fond biologiquement ?
C’est, pour moi, le monde extérieur solide. Nous mangeons ce qui nous entoure : les plantes, lesquelles se nourrissent des minéraux contenus dans le sol, et nous mangeons les animaux qui ont mangé ces végétaux. Nous mangeons ce qui nous entoure, nous l’absorbons, le digérons… ou pas ! Car la question que l’on peut se poser est : acceptons-nous de faire nôtre ce qui nous entoure et vient à nous ? Car ce que nous mangeons se transforme dans nos intestins pour devenir… nous ! Ayant mangé une tomate, je ne suis pas devenu rouge, ni sucré ou brillant, mais je continue à être ce que je suis. J’ai incorporé ce qui est venu en moi. Ce monde extérieur, l’univers, l’Un est devenu moi-même, unique et uni par mon code génétique, ma carte d’identité présente en chaque cellule de mon corps, je suis un qui teste le Un afin de l’accepter, le digérer, ou de le rejeter, l’éliminer : l’un teste Un, et en plusieurs endroits.
Ma langue déjà teste si la nourriture est savoureuse, désirable, et l’œsophage, le duodénum, l’intestin grêle, et le gros intestin, se succèdent afin d’opérer leurs tests respectifs : les uns testent Un dans les intestins.

L’adaptation spécifique de l’appareil digestif

Acceptons-nous l’univers qui nous est offert, Lui et tout ce qui le constitue ? Pour de vrai (huîtres, champignons, caviar, abats…), ou en transposé (conversations empoisonnantes, propos indigestes, voisine emmerdante, paroles amères, visages de miel…).
Nous pouvons vivre un des éléments du plat comme toxiques (les cailloux dans les lentilles) et alors que tout le reste, délicieux, est bien passé, nous allons parfois tout rendre : le bon comme le toxique vont être vomis.
Agressé de façon digestive, nous gommons cet aliment réel ou symbolique (problème de mauvaise qualité) ou cet excès (problème de quantité).

Agressé ou séparé, car nous pouvons également manquer de nourriture en quantité ou en qualité (présence de saveur, de vitamines, etc.).

Le manque pur, nous le savons concerne le foie, et l’agression : le côlon.
Souvent les deux sont simultanément présents : « Je veux du chocolat et on me donne de l’huile de foie de morue ! » manque + indigeste. « Je veux un câlin et je reçois une gifle. »

Les intestins

Si nous comparons le tube digestif à un tuyau, il démarrerait par la bouche pour se finir à l’anus. Comparaison fausse, car ce tuyau est dynamique et très actif. Les aliments après l’estomac arrivent dans le duodénum. Celui-ci reçoit les sécrétions et excrétions du foie et du pancréas. Après le duodénum (25 cm), ce tuyau prend le nom de jéjunum (2,5 m), puis d’iléon (3,6 m) ; ces trois portions forment l’intestin grêle.
De multiples fonctions lorsqu’elles ne sont pas satisfaites se transforment en conflits biologiques. Ils ont des teneurs et des symptômes différents bien que se déroulant dans l’intestin :
- Fonction de transit, assurée par les muscles blancs, intestinaux ; cela afin de faire avancer le morceau, ou de ne le vouloir ou de ne le pouvoir, alors que ce morceau est bien avancé : nous avons presque vendu la maison, mais l’acheteur n’a pas versé la totalité de la somme, il se dédit : la situation est inacceptable et l’argent nous manque (manque + indigeste vécu de façon motrice : paralysie du péristaltisme, constipation. Ou « je veux faire avancer ce morceau vital bloqué en moi, et cela traîne ! » : diarrhées).
- Fonction de contact assurée par la muqueuse intestinale, qui agit comme une peau intérieure si nous voulons nous comparer à un ver de terre avec une peau externe (téguments) et une peau interne (muqueuse). Conflit de séparation avec la nourriture et de contact imposé avec du non-désirable, problème d’irritation de la muqueuse, maladie de Crohn. Ex : « Je veux le lait de maman, ce qui veut dire que je suis en contact avec elle, et protégé de la mauvaise ambiance. »
- Fonction de sécrétion du suc digestif, (environ 2 litres par jour) : est-ce que j’accepte de digérer ce que l’on m’impose ?
- Fonction de sécrétion du mucus dont la fonction est de faire glisser les aliments et de protéger la muqueuse, en effet je peux manger de l’intestin d’animal, je le digérerai, mais je ne digérerai pas mon intestin pourtant proche chimiquement de celui de l’animal, pourquoi, c’est grâce à ce mucus qui agit comme une protection. Est-ce que j’accepte de me protéger de ce qui est toxique pour moi ? car si je ne dis pas « arrêt » en haut, je dis arrêt en bas, diarrhée.
- Fonction d’absorption enfin des nutriments ou aliments cassés en petits morceaux par tous les liquides de la digestion (salive, bile, acide chlorhydrique, etc.). C’est le moment essentiel, celui du tri entre le pur et le non-pur, ce que j’accepte et fais mien et ce que je rends à l’extérieur, que j’excrète ; à la fin du test je rends ce que je conteste, que je déteste alors que le bon du contexte devient mon texte de vie.
- Une fonction particulière : les gaz. Ils sont là afin de pousser vers la sortie ce qui nous gêne, nous pollue, nous empêche de vivre. Il faut finir les devoirs chiants pour, après, pouvoir partager le pain avec les copains et les copines. (Aéro-gastrophagie)


Résumé

Est-ce que la chose, l’aliment, la situation, cette personne est passée ou pas, acceptable, digeste ?
Si cela n’est pas passé (accepté, géré, digéré et révolu, admis, entériné), cela est présent !


Christian Flèche est le créateur du Décodage biologique des maladies en 1994, auteur de 20 ouvrages sur ce sujet, directeur de l’École internationale de Santé libre, vous pourrez étancher votre curiosité, dans son ouvrage paru aux Éditions Le Souffle d’Or : Décodage biologique des problèmes digestifs.



 

 

GALERIE

     
 

 

PORTRAIT DE FEMME

Natalie Nicoux
L a violence de l’abandon et du manque de mère reçue en héritage devient la pierre de fondation de ma quête intérieure.
À 20 ans, je m’installe en Afrique. Là, en parcourant les labyrinthes des cours communes, je trouve des mères-ressources qui m’initient aux racines du maternel primitif. Pendant des jours et des jours, je suis nourrie, soignée, lavée, debout sur une énorme calebasse, portée pour que mes pieds ne touchent pas le sol, frictionnée avec un beurre à l’odeur tenace, pour rendre mon corps plus fort. De leurs mains vivifiantes, les sages-femmes me reconnectent à la vie. Elles me purifient avec les encens puis m’enveloppent dans leurs pagnes bariolés, couchée des jours entiers sur des nattes posées à même le sol, assises près de moi, elles murmurent les secrets des femmes.
Du plus profond de mon être, je me sens reconnectée à la puissance de vie en moi, je retrouve mon clan. J’entends l’appel de la Femme Sauvage. Durant sept années, je me confronte à cette puissance de vie-mort-vie, je ressens une grande détermination à apprendre, à devenir maîtresse de moi-même, de ma vie et de mes choix.
Les sept années suivantes, je deviens mère à mon tour et mets en pratique les enseignements reçus. Je perçois que le Maternel est soumis à son propre cycle évolutif et je comprends l’impérieuse nécessité de le trouver, pour être en phase et m’y conformer, et devenir ainsi pleinement responsable de mon héritage et de ce que je transmets à mes filles.
Durant sept années supplémentaires, je réponds à l’appel de la Femme Sauvage. Je me mets au service de la recherche, de l’étude et de l’expérimentation. Je travaille à la création d’un nouveau zodiaque des Constellations que j’associe aux mythes grecs. Je trouve les clés d’une nouvelle interprétation de la carte de géniture et crée mon premier atelier « Femme Lune » en 1996, basé sur le cycle de la Lunaison et les valeurs du Maternel et du Féminin.
Les phases de la lune permettent aux femmes que j’accompagne de mettre en lumière, chaque mois, les secteurs de leur vie et les aspects de leur être avec précision. Je les aide à trouver et développer leur puissance et leur confiance en elles, à assumer pleinement qui elles sont dans leur vie, leurs projets et leur désirs. Par cette auto-introspection, elles développent avec efficacité les solutions appropriées à leurs attentes et à leurs besoins.
Je suis heureuse de réaliser chaque jour à leurs côtés mon rêve de femme.
 

 

 
 

© Rêve de Femmes 2009 - mentions légales