Rve de femmes
Vous êtes ici : Accueil > Revues > No 37 - Amour, tendresse, fluidité PDF
 
 
 
N°47 - Ados et Sexualité : des réponses à leurs questions
N°47 - Ados et Sexualité : des réponses à leurs questions
N°46 - Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°46 - Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend PDF
N°44 - Cultiver la joie
N°44 - Cultiver la joie PDF
N°43 - Rites des Premières Lunes
N°43 - Rites des Premières Lunes PDF
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ?
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ? PDF
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ?
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ? PDF
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage PDF
N°39 - Se séparer sans se déchirer
N°39 - Se séparer sans se déchirer PDF
N°6 - Agenda lunaire 2016 - N°6 - PDF
N°38 - Une femme avec une femme
N°38 - Une femme avec une femme PDF
N°37 - Amour, tendresse, fluidité
N°37 - Amour, tendresse, fluidité PDF
N°36 - La fonction de l'orgasme
N°36 - La fonction de l'orgasme PDF
N°5 - Agenda lunaire 2015 - N°5
N°35 - Oser rêver grand et vivre ses Rêves pdf
N°34 - Sorcières, soeurcières, sourcières d'aujourd'hui PDF
N°33 - La Gynéco autrement PDF
N°32 - Les blessures sexuelles PDF
N°31 - Vivre en harmonie avec son cycle lunaire PDF
N°30 - Le Polyamour PDF
N°29 - Rites de purification PDF
  - Agenda lunaire 2013 - N°3
N°28 - La fidélité : à qui, à quoi ? PDF
N°27 - Tentes rouges, Cercles de Femmes PDF
N°26 - Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... - Parlons d'amour et de sexualité aux ados PDF
N°25 - L'argent, une valeur féminine - Décoder le calendrier Maya PDF
N°2 - Agenda lunaire 2012 - N°2
N°24 - Mystère et Puissance de la Matrice - Lorsque les Mères saturent PDF
N°23 - Femmes lunaires, femmes solaires - Secrets de beauté au naturel PDF
N°22 - L'Homme honore le Féminin - Histoires de Seins PDF
N°21 - Les Archétypes - Accouchement Orgasmique PDF
N°1 - Agenda Lunaire 2011
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative PDF
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative
N°19 - Réinventons le couple - Perceptions subtiles PDF
N°18 - Ménopause épanouie - Tao des émotions PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité
N°16 - L'IVG - L'Apparence reflète l'Intérieur PDF
N°15 - Le Sang des Lunes - Pretresses d'aujourd'hui PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin
N°13 - Femmes en réalisation - Prière... action PDF
N°12 - Gratitude - Danse, Grand-Mère
N°11 - Du corps à l'esprit - Femmes de Pouvoir PDF
N°10 - Femme créative - Porter la Vie
N°9 - Semences pr l'à-venir / Mère Terre
N°8 - L'Esprit des Plantes - S'ouvrir à la Mort
N°7 - Le Don d'Amour - Sexualité Sacrée PDF
N°6 - Gai-rire de soi - Apprentie de la Vie PDF
N°5 - La Voix du Silence - Notre lieu de Pouvoir PDF
N°4 - Appel des Femmes... conscience planétaire PDF
N°3 - Responsabilité/Liberté - ...les Ados PDF
N°2 - Sororité/Coopération-Ménopause... Sagesse PDF
N°1 - Cycles du corps-Cycle Lunaire Féminin PDF
 
 
 
Affichage mosaïque
 
 

Si vous souhaitez créer un lien vers notre site, insérez notre bannière en copiant le code suivant :

<a href="http://www.revedefemmes.net" target="_blank"><img src="http://www.revedefemmes.net/banniere.jpg" alt="Rêve de Femmes" border="0" /></a>

 

Amour, tendresse, fluidité PDF - N37

> Extrait | > Galerie | > Portrait

SOMMAIRE

03 édito / Karine Nivon
04 Sommaire
05 Ours / Cercles de Femmes
06 CARPE DIEM
07 L’air du temps / Frédérique Larcher
08 Astrologie mondiale / Michèle Raulin
10 Energie de saison / Sarah-Maria Samaya
13 CORPS ACCORD
14 Essences Cristallines / Nathalie Flore
15 Essences Féminines / Jutta Lenze
16 Matern'elles / Clémence Laloue
17 Réappropions-nous le Savoir / Paola Broggi
18 La Révolution des Yoni / Mahasatvaa Sarita
20 PARFUMER L'ESPRIT
21 Le rêve d'une femme / Uma Dinsmore-Tuli
22 Romance céleste, souvenir d'étoiles... / Marie-Laure Dellea-Loisance
24 Le coeur se livre / Julie Cabot Nadal
25 Célébrons la femme debout / Christine Marsan
27 DOSSIER : AMOUR, TENDRESSE, FLUIDITE : LORSQUE LE NECTAR DES FEMMES NOURRIT L'HUMANITE
27 Femmes, filles de la terre / Legend Keeper Géraldine
28 Apprendre à désirer sa propre présence / Myriam Mbaya
30 Femme Source / Marie Pénélope Pérès
32 L'Amour, la source sacrée / Lucile Collery-Rossignol
34 Femme = Amour ; pas si simple... / Maria Verhulst
36 Répandre notre tendresse sur le monde en allant au coeur de notre vulnérabilité / Isabelle Salomon
38 PARTAGE : ART, THERAPIE ET CREATIVITE
39 Libération de la créativité, éveil à soi-même... / Anne-Marie Monnet Stéphan
40 Expérience de l'art du Coeur / Séverine Authier
42 Retrouver son élan créateur / Brigitte Diaz
44 Quand l'art, la thérapie et la créativité ne font plus qu'un / Florianne Horbacio
46 Créer, une grâce ? / Nicole Weil
48 POUR L'AMOUR DE L'ART
49 Rubrikadabra : DreamCatcher / Karen Cayuela
51 GARDIENNES DE LA TERRE
52 Femmes de boue : Une technique alternative de sol en terre / Nydia Solis Tzaquital
55 Faites-le vous-même : Les produits d'entretien / Séréna Deligny
56 NOURRITURES TERRESTRES
57 Cuisine ayurvédique / Vibusha
59 L'Agenda des Femmes
60 Bulletin de commande
62 Les possibles à partager
67 Petites annonces
68 Portrait d'artiste / Véronique Cloitre

 
 

 

EXTRAIT

La rudesse humaine et mondiale de cet hiver invite à mettre le cœur de l’humanité en route pour panser les blessures, et penser l’avenir, l’investir de douceur, d’Amour, de fraternité et de sororité. Femmes, ensembles, reliées à votre nectar, vous portez les graines d’un changement radieux, le printemps vous invite à semer, planter et prendre soin de vos dons précieux…

EXTRAIT DE LA REVUE

THEME : « AMOUR, TENDRESSE ET FLUIDITE, QUAND LE NECTAR DES FEMMES NOURRIT L’HUMANITE »
Femme source
Marie Pénélope Pérès

[…] La fluidité, puissance au féminin
Notre corps nous apprend aussi que cette intense activité interne et secrète requiert la continuité incessante du mouvement : mouvement du sang et des différents fluides, mouvement des énergies et du souffle. Les émotions, qui sont mouvement par nature (motion : mouvement) doivent elles aussi circuler, librement. Être une femme c’est un peu comme être une eau qui ruisselle, qui va son chemin, changeant à chaque instant sa forme pour pouvoir s’écouler, continuer.
D’ailleurs quand la fluidité est trop souvent empêchée, on voit apparaître le cortège de nos maux : sautes d’humeurs, sensibilités prémenstruelles, difficultés à ovuler, douleurs utérines, ovariennes, perturbations endocriniennes, maladies gynécologiques, dépressions.
Cet état de fluidité interne, si nécessaire et si prégnant, insuffle au psychisme féminin des qualités d’adaptation et de souplesse, une capacité particulière pour accompagner le changement, avec continuité et persévérance. Les femmes ont l’intuition de la fluidité, et elles en ressentent toute la puissance dans l’expression des émotions et des sentiments, qui permet d’ouvrir les digues, de faire circuler, de passer à autre chose, d’être vraiment vivant. […]

***
Femme = Amour ; pas si simple...
Maria Verhulst

[…]Depuis des siècles, les maîtres spirituels définissent l’Amour comme l’énergie féminine par excellence. Par nature et par essence, la femme possède le pouvoir divin du don d’amour au travers duquel elle apprend à connaître l’autre, à en prendre soin, à s’en inquiéter, à le respecter. Autant de facultés qui se déclinent en qualités relationnelles nommées empathie, tendresse, compassion, patience, fluidité... qui se révèlent indispensables à la cohérence du lien social et à la santé psychique de toute communauté.

Il serait facile de s’imaginer que la femme n’aurait qu’à s’abandonner à sa nature spirituelle pour y accéder. C’est loin d’être aussi simple car ces qualités ne se dévoilent que dans un contact authentique avec son intériorité.

Comme tout élément de la nature, l’identité féminine contient la totalité, ombre et lumière, de l’Être. Les germes d’amour qu’elle porte ne peuvent jaillir en lumière authentique que lorsqu’elle peut reconnaître, rencontrer et intégrer « son ombre » au sens jungien du terme. La capacité d’amour en tant que don nécessite d’avoir reconnu et dépassé la dépendance, le narcissisme, la jalousie, le désir d’exploiter... et d’avoir acquis la foi en ses propres possibilités.

Pour dépasser ses ombres, il faut les avoir traversées. Cette traversée est aussi exigeante et pure que la lumière qu’elle dessert. Elle se nourrit d’intériorité, provoque le lâcher prise, rencontre les émotions, éclabousse d’humilité devant la culpabilité et la honte, fait pleurer l’enfance perdue et pousse à éclore au cœur de son être. Ce processus est conditionné par l’éveil des forces instinctives qui ne peuvent émerger par les techniques mentales et psychanalytiques occidentales […]

PARTAGE : « ART, THERAPIE ET CREATIVITE »
Quand dans l’antre intérieur les maux s’agglutinent, les idées se bousculent, et que l’esprit parvient difficilement à réordonner la confusion… les pinceaux, la terre, les couleurs et les matières ouvrent à l’intelligence du cœur et du corps un espace salvateur d’expression, pour restaurer la fluidité sur tous les plans

Libération de la créativité, éveil à soi-même...
Anne-Marie Monnet Stéphan
[…] Au fur et à mesure que les prises de conscience intervenaient, les barrières s’effondraient. Petit à petit, je me suis accordée du temps pour des activités nourrissantes. C’est ainsi que je me suis autorisée à utiliser des crayons de couleur, des pinceaux, des ciseaux, des papiers de toutes sortes. Avec des matériaux divers et des tubes de colle, j’ai permis à ma créativité de s’exprimer par le collage. Je lui ai consacré une pièce de mon lieu de vie ce qui me donne un grand confort d’expression. Mon besoin d’espace, intérieur et extérieur, est comblé. Les petits supports du début, cartes de vœux, enveloppes, emballages cadeaux, ont vite laissé place à des feuilles de plus en plus grandes, la création et la créativité se nourrissant l’une l’autre.
Selon l’inspiration du moment, je choisis les matières, les couleurs et les images qui m’attirent dans ma réserve de magazines, dessins, papiers de soie et autres trésors de Dame Nature ! Je confie mes mains, mes ciseaux à mon Enfant Intérieur et le laisse œuvrer. Le cœur s’exprime, le mental se tait et c’est un moment de détente, de lâcher prise, de grand bien-être intérieur. Au fur et à mesure du découpage et du collage des images et des matériaux, l’œuvre naît, se structure naturellement et avec simplicité. Ce qui est posé sur le support à l’extérieur se pose aussi à l’intérieur et je ressens cette structuration en moi. Puis je sens aussi le moment précis où l’ouvrage est achevé, un, accompli. Ce travail de transformation de la matière, de création de nouveauté, de beauté, de donner une nouvelle forme, une nouvelle vie à des images de papier, est aussi un profond travail de transformation intérieure. […]

***
Retrouver son élan créateur
Brigitte Diaz

Témoignage d'un chemin où l'art, la thérapie et la créativité se sont épousés.

[…] Retrouver la créativité et l'élan de mon courant d'Art a toujours été l'élan de mon cœur. Pourtant, il m'aura fallu un long moment avant de sortir de ma coquille et de l'illusion fataliste que je ne pouvais créer ma vie selon mes aspirations profondes. Je me sentais asservie par le fait de gagner ma vie, de jouer mon rôle de soignante ainsi que par le manque de temps. J'étais enfermée dans des idées du genre : « Ah si j'avais le temps, ah si j'avais de l'argent, ah si j'avais reçu du soutien, ah si j'avais eu de meilleures conditions de vie… ».
Tout cela engendrait frustration, déception, déprime, doutes, plaintes et un manque récurrent d'estime de moi-même, dans l'attente de lendemains meilleurs.
Je me donnais bien quelques moments de bonheur en écrivant, peignant, dansant, chantant, modelant, mais ces trop courts moments ne faisant qu'accroître la nostalgie du manque.

Un jour cependant la prise de conscience que nous sommes tous créateurs, tous créatifs et au centre de notre transformation m'a donné l'impulsion de m'engager à suivre mon courant d'Art et à accompagner mes élans créateurs. Comme un nouveau départ possible pour devenir créateur de ma vie. […]

***

Vos propositions de textes, générosité d’un printemps inspiré et florissant n’ont su toutes trouver une place dans la revue papier, nous honorons votre créativité ci-dessous, avec toute notre gratitude…

. Le Sacré en toute Femme


Après l'éclat de la féminité de la luciole dans la nuit, chaque jour qui arrive est un nouveau début. Au lever du jour : l'unicité de Dame Nature offre la diversité avec son nectar de fleurs du matin.

Les anges généreux exploitent leurs palettes de couleurs, de nuances et tissent de magnifiques arcs-en-ciel après la pluie venue. Après la tristesse des larmes, la joie rayonne sur nous et en vous.

Colibris, papillons, grillons, vibrations, mouvements sacrés de la journée rappellent que la Terre Mère se réveille en douceur.

La beauté et la complicité de Dame Nature, sa faune, sa flore qu'elle porte avec élégance et diversité : chaque énergie, chaque être est reçu en tant que tel et se respecte.
L'écho du silence, les premiers bruits de l'univers des profondeurs de la terre, l'éveil des champs, du blé qui se laisse porter par le vent et qui prend sa force sont les premiers sons avant le réveil des villages, des villes et du chaos : langage terrien de l’Ego, les codes de la matrice et son engloutissement dans la masse.

La douche n'est plus un acte de générosité à son corps, de s'occuper de soi mais l'étape A pour sentir bon auprès des autres, se demander comment on va gérer le collègue insupportable, travailler vite pour être finalement récompensé par un sourire éphémère de reconnaissance.

Le retour chez vous en fin de journée est le retour au cocon de la tranquillité, des sourires bienveillants, retour à l'écoute et vos émotions grâce à votre femme qui vous entend pour ce que vous êtes et non pour ce que vous reflétez du masque porté à l'extérieur.

Le nectar de votre Femme intuitive, pleine d’Amour et de Tendresse vous nourrit et nourrit l’Humanité. Gardienne du foyer, elle vous pousse en avant, vous encourage dans vos projets et dans vos rêves à réaliser. Porteuse d'espoirs et de persévérance, elle séduit l'invisible de la vie.
Femme volontaire, elle vous chuchotera à l'oreille avec bienveillance : si la grande porte que vous souhaitez emprunter n'est pas ouverte, passez tel un chat par la petite porte ou par la fenêtre et le succès fera le bruit pour vous.

Elle vous apporte sagesse, calme et a l'art de consoler avec les bienfaits des fleurs de la nature ou ses épices composées que vous retrouverez dans les bons plats du soir à table.

Puis un jour, vos énergies communes, votre connexion au monde et foi en l'avenir vous amènent sur le chemin de la création, conception et réalisation d'un enfant. Vous unissez vos forces en marche pour créer un être à qui transmettre et le guider pour trouver sa propre voie.

L'enfant devient comme la grenade, fruit de la nature, une concentration d'idées et de changement dans l'unicité. Il avancera, il apprendra, il acceptera tous ses moments de vie, de joies et ses peines. Vous lui apprendrez à ne pas regarder en arrière mais à tirer des leçons des erreurs passées et prendre appui sur les obstacles pour avancer.

L'Homme est un pôle. La Femme qui enfante et vous ouvre sur le monde est l'autre pôle de qui vit ses émotions et se complète divinement bien avec l’homme attiré par l’acier et le matériel. Elle offre son corps quelques mois de sa vie pour former l'être qui donnera le premier souffle de vie d'un être unique qui deviendra un artisan de la lumière.

Un enfant qui apprendra à composer dans la diversité en conscience et sera le voyageur de ses rêves.

Positives, les femmes sont passionnées dans tout ce qu’elles font. Génies de l’intuition, elles se laissent porter et vous guident. Elles réparent. Les femmes se laissent porter par le vent, la tête dans les étoiles en toute sérénité et bienveillance.

Mme BAKKAR Amal
RH dans l’administration.
amalbakkar74@gmail.com

Méditation d’alliance au nectar : l’amour

Ainsi, prenez présence en vous, prenez alignement en vous et dans cette verticalité, rentrez dans ce regard au plus profond de vous et rencontrez-y l'AMOUR : laissez au sein même de votre cœur ce sentiment, cette sensation de l'amour se déployer.

Tous connaissent ce sentiment, tous l'ont bien souvent rencontré dans leur vie. Ainsi, ce sentiment n'est point inconnu, il est perpétuellement et éternellement en nous tous, car ce sentiment est un fondement essentiel de notre construction terrestre.

Pour certaines personnes, se relier à cette énergie d'amour c’est penser à un autre être, pour d'autres, se relier à l'énergie d'amour c’est penser à certains événements, peu importe comment vous retrouvez le lien à l'intérieur de vous...

Ouvrez aussi, dans votre conscience, que cette reliance d'amour est bien au-delà de ce que vous imaginez, que cette reliance d'amour est partout tout autour de vous et en vous, et que cette reliance d'amour est grandement au sein même des cellules que vous rejetez de vous ou auxquelles vous perpétuez la séparation...
L'AMOUR... L'AMOUR... L'AMOUR... prenez le temps de vous poser dans l'amour : l'amour de vous-même, l'amour de ce qui est, l'amour de l'amour, l'amour d'aimer, l'amour de vivre, l'amour de partager, l'amour de rire...

Ainsi, prenez le temps, de revenir à l'essentiel de votre vitalité énergétique car cette essence est le moteur VITAL de ce qui anime l'entièreté de votre corps et de l'humanité.

Revenez à poser votre conscience sur l'amour, la vibration d'amour rayonnante en vous. Cet endroit où chacun, chaque être a sa façon unique de la vibrer au sein de chaque cellule de lui-même. Laissez cette vibration d'amour s'amplifier, grandir, s'émanciper même dans les zones que vous jugez, que vous mettez en séparation, que vous n'aimez point...

Prenez le temps…
Prenez le temps de regarder, lorsque vous laissez couler cette vibration d'amour dans votre corps, ce qui se passe pour vous. Est-ce que tout votre corps est rempli et baigné de cette vibration d'amour ? Est-ce que certaines parties de votre corps restent entachées de ne point recevoir ces vibrations d'amour ? Observez... Observez les espaces où vous ressentez l'amour, observez votre champ mental, observez vos sensations, observez votre état intérieur au cœur de vos cellules. Observez votre énergie, observez où vous ressentez l'amour...
Observez votre manière de penser, observez comment vous vous sentez, observez comment vous êtes en lien avec vous-même dans cet espace d'amour...
Observez combien et comment vous êtes en lien avec les autres... Observez comment vous vous sentez en reliance avec l'unité terrestre, observez... observez dans cet espace d'amour comment vous vibrez, comment votre essence est libre et vibre. Observez, ressentez, laissez.
Non point avec la tête dans l'observation de l'amour. Observez, dans cet état vibratoire, observez, respirez.
Et maintenant venez l’accompagner là où vous ne ressentez pas l'amour en vous...

Rentrez dans cette zone de votre corps, observez la réaction de votre corps physique. Observez le champ de conscience de votre forme pensée, observez les émotions, observez la sensation, observez le sentiment, observez comment là où vous ne cultivez pas l'amour, vous vous sentez en relation avec les autres autour de vous. Observez les cristallisations, observez que vous vous sentez coincée, que vous vous sentez serrée, que vous vous sentez opprimée...
Lorsque vous ne cultivez point cette sensation vitale pour votre corps et pour votre organisme, regardez comment les corps réagissent, comment les corps se dénutrissent, comment les corps s'appauvrissent, comment les corps viennent se ternir...

Observez que lorsque vous refusez de donner cette nourriture à votre corps, le corps vient périr. Observez comment le corps devient malade... Observez les formes pensées, combien ce sont des formes pensées maladives, négatives, observez ceci.

Pourquoi parfois certaines sphères du corps n'ont-elles point ce mérite de recevoir la sève vitale ?
Qu'en est-il, quelle raison, quelle justification ? Quelles fausses excuses pouvez vous donner pour dire que cet espace ne mérite point, n'a point à recevoir, que cet espace peut périr, que cet espace peut devenir malade ?... Pourquoi une telle agression sur vous ? Pourquoi une telle dénutrition, pourquoi une telle punition ?...

Et cependant le nectar est partout, même là où parfois nous refusons nous-mêmes de le cultiver d'autres femmes le cultivent pour nous… Car le nectar d’AMOUR est universel et inconditionnel, omniprésent et omnipotent.

OM

****

Le nectar est d'abord en chaque femme au cœur et au sein même de chaque femme dans cette capacité de donner le meilleur d'elle-même, non dans un sens sacrificiel, mais dans une dévotion et un accomplissement d'elle afin de pouvoir offrir autour d'elle et à l'humanité.
Ce nectar nourrit d'abord la femme qui le donne et permet ainsi de prendre sa place auprès des autres et en alliance avec les diverses éléments de la Terre. Jamais fatiguée, toujours alignée et épanouie dans son action, le nectar la porte et la transcende.

Ce nectar est si inné, si naturel, qu’il ne demande aucun abus dans l’offrande, ni aucune concession, aucune suppression et aucun sacrifice.
Il est bon de dire que l'amour inconditionnel du féminin est bien davantage un moteur de vie et non pas un meurtre de l'essence par le sacrifice. Il ne demande pas à amputer la femme qui en est porteuse mais bien à la nourrir...

Emma GRILLET
Animatrice et sœur de cercle de femmes chaman-tantrique
Channel et thérapeute
Accompagne spécifiquement la yoni et la transmission des énergies universelles.
www.emma-grillet.fr



. La Splendeur Sauvage des Femmes

Accueillir son Féminin Sacré
Ma conscience féminine m’amène à accompagner les femmes sur le chemin de leur vérité depuis de nombreuses années. « Femme » « Splendeur » « Sauvage » trois mots qui vibrent ensemble.
Dans « Sauvage » j’entends « L’indomptée ».
Celle qui cherche à sortir des conditionnements mis en place par notre culture, nos familles, par nous-même. Sortir de la gangue étriquée que nous construisons depuis notre plus tendre enfance. S’extirper avec force et courage du « je dois », « il faut ». Se décoller de cette image réductrice de femmes aux multiples devoirs. Dans « Sauvage » j’entends celle qui se relie à sa nature primordiale, qui écoute son instinct.
Dans « Splendeur » j’entends « Universelle ».
Se réapproprier son corps de femme, et le laisser Être, danser, jouer, jouir, vibrer sans contrainte, ni jugement en accueillant notre « unie vers celle que je suis ». Se relier à son corps dans la conscience, la présence et le respect.
Dans « Femme » j’entends « le Souffle de Vie ».
La Splendeur Sauvage des femmes est une invitation à rencontrer sa femme authentique à célébrer son féminin Sacré.
Je propose aux femmes plusieurs stages sur le thème du Féminin.
« Les Déesses » s’ouvrir à son féminin sacré. « Les Sultanes » un regard créatif sur la sexualité féminine.
« Les Reines » intégrer l’énergie masculine.
« Les Louves » recontacter sa femme Sauvage (stage en forêt).

La femme créatrice est une femme amoureuse de la Vie, de sa Vie.
Elle s’abandonne à son être profond dans une confiance absolue.
Le déploiement de chaque femme va pouvoir s’exprimer par les rituels, les danses de l’être, les cercles de parole, méditations et autres propositions créatives.

Les rituels :
J’initie les femmes par des rituels collectifs. Ces rituels nous ramènent vers l’originel où le Corps est honoré dans sa Splendeur. Une initiation qui permet à chacune de passer de « femme oubliée » à « femme habitée ». Les femmes sont actives dans les rituels, elles se transforment en passeuses, s’investissent et prennent à cœur leur rôle d’initiatrices. Elles deviennent inventives, ouvertes à la sororité qui les portent et les nourrissent. Les hommes participent également au troisième stage, c’est eux qui deviennent les initiateurs dans le respect et la bienveillance pour insuffler aux femmes l’énergie masculine dont elles ont besoin pour s’établir dans leur verticalité.
Les rituels permettent de se relier au symbolique, de franchir une étape, d’activer les forces que l’on peut mobiliser en soi, et avec le groupe. L’expérience du clan est sécurisante, essentielle, elle solidifie le vécu pour une intégration globale.

La Danse :
La Danse de l’Être prend une place importante dans le processus d’évolution. Mon ancien métier de chorégraphe et danseuse m’amène à donner à l’expression du corps une place essentielle. Une expression dans sa totale liberté, dans son audace pour retrouver son élan créateur. Écouter sa Danse, écouter sa créativité dans le mouvement libre et authentique. Je danse ma femme dans l’instant présent et je soulève un à un les voiles des limitations, pour ouvrir mon corps à une présence universelle. S’autoriser à vivre l’inattendu, aller de surprises en surprises, le corps connaît le chemin du mystère.

Les cercles de parole, les méditations dans la kiva :
Les cercles de parole libèrent tout ce qui se tait, au plus profond, la voix des femmes s’élève dans la nuit près du grand feu qui purifie. La magie des mots délivrés impose le silence et les secrets enfouis dans les ventres se dissolvent doucement.
La kiva, grand espace circulaire sous la terre, est propice à la méditation, aux chants. Cette matrice des origines peut rétablir en chacune la reliance de la terre et du ciel.

Le cercle des cœurs des femmes illuminent notre terre de lueurs ardentes.
La puissance douce de nos ventres ensemence un avenir rieur.

Maryline Gourdeau
Thérapeute « mémoires du Corps ».
marylinegourdeau@gmail.com
www.marylinegourdeau.com



De Cléopâtre à Simone de Beauvoir...


« La femme est l'avenir de l'homme » (Jean Ferrat)

Chaque femme porte en son sein la vie, l'amour et la tendresse de la mère qui sommeille en chacune d'elle. Elle transmet au monde les générations futures. La femme est la représentation de notre mère la terre, celle qui nous donne la vie et qui nous donne aussi chaque jour les fruits de la terre, la nourriture, l'eau et toute sa magie.
La femme symbolise la passion, l'éducation, le foyer, l'amour, la fécondité, elle est notre mère, notre sœur, notre grand-mère et la Déesse dont nous sommes les enfants.
Elle est le porte-parole de la sagesse, celle qui porte les combats pour la justice.

Tu es la femme source de toute vie,
tu es l'âme qui nous nourrit,
tu es la sagesse et la tendresse,
le souffle bien veillant et sa caresse.

Tu es la femme remplie d'amour,
celle qui accourt pour nous porter secours,
tu es le sang qui coule dans nos veines,
celle qui soigne et guérit nos peines.

Tu es femme, amie, maîtresse et confidente,
pleine de passion et toujours aimante,
tu es ce lien entre la vie et la beauté du monde,
toi, femme, mère, nourricière et féconde.

Depuis la nuit des temps la femme garde une place essentielle dans le cœur des hommes et sur cette terre, tour à tour régisseuse, femme, maman ou mère attentionnée, femme du foyer, guérisseuse, chef de clan, grande prêtresse, chamane, voyante, sorcière ou déesse, la femme est tout. Dans la Grèce antique, avant la Mythologie c'est une seule et unique déesse que le peuple grec vénérait avant que se greffent les autres dieux de la Mythologie que nous connaissons afin de rassurer et donner une personnification aux éléments autour d'eux.

La femme représente aussi le lien du sang, la maternité, la lune, la douceur, la spiritualité, la nature, la vie.
On la retrouve souvent dans les milieux de l'enfance, de la médecine, de la maternité, du soin, de la beauté, de la spiritualité, des métiers de l'aide à la personne et en contact avec l'humain, en lien avec le don de soi, de l'humanitaire.

Les femmes ont un grand pouvoir d'adaptation, de séduction, d'engagement, de grande force de persuasion, elles ont souvent été mises au second plan cachant ainsi tout ce qu'elles avaient fait et voulant en donner le mérite aux hommes avec qui elles étaient alliées. Cela à cause, notamment, des religions qui leur ont toujours donné des rôles minimes ou de la politique. C'est pour cela qu'elle se sont battues pour montrer qu'elles ont toutes les qualités en tant que femme pour faire changer les choses et avoir une autre vision pour faire avancer ou changer les mentalités.

Au cours de l’histoire, elles ont ce rôle de souveraine, maîtresse et amante comme Cléopâtre, régisseuse et femme de talent dans l'art de la manipulation comme Catherine de Médicis, d’héroïne et sauveuse comme Jeanne d'Arc, chercheuse et savante comme Marie Sklodowska épouse de Pierre Curie qui découvre la radioactivité.
Simone Veil femme politique française qui s'est engagée dans le combat pour le droit des femmes.
Des auteurs, femmes aussi célèbres, fortes ou de pouvoir se sont également engagées dans différents combats, comme Françoise Dolto, pédiatre et psychanalyste française qui se consacre à la psychanalyse des enfants et sur l'image inconsciente du corps ; mais d'autres comme Olympe de Gouges, Simone de Beauvoir, la comtesse de Ségur...

Un grand nombre de représentations de femmes ou de déesses s’échelonnant au long de l'histoire a été découvert par les archéologues dans plusieurs civilisations.

La femme est omniprésente dans l'histoire, dans le présent et le sera aussi dans le futur, elle est pourtant moins mise en valeur que ses homologues masculins mais elle fait partie aussi du changement dans l'humanité, nous avons tous en nous, homme ou femme cette part de féminité. Et dans l'art et la créativité, n'est-il pas vrai que les hommes qui exploitent toute leurs sensibilité féminine transmettent à travers leurs arts toute la beauté du monde ? Et la femme artiste, n'a-t-elle pas le pouvoir de nous ouvrir les yeux sur un autre monde de douceur, de rêve, de poésie et de magie ?

Je suis un homme qui écrit ces paroles, j'aime et je vénère la femme, elle m'inspire et m'a donné la vie, elle est le lien de l'univers et de la terre notre mère. Elle incarne pour moi la féminité, la sagesse et la spiritualité.

Jérôme Largeau
Passionné d'art, d'ésotérisme et de spiritualité.
catsilver@laposte.net


Femme, ton corps est ta terre sacrée…
Femme,
Ton corps est ta terre sacrée.
L'énergie de la déesse en toi,
lovée au cœur des cellules de ton corps,
ne demande qu'à éclore et à s'épanouir,
comme une fleur, à la lumière du féminin sacré.
Tu dois passer de l'ombre de tes peurs, à la lumière de ton amour.
Accueille et berce ces blessures et mémoires qui t'encombrent,
elles révèlent ce que ton âme est venue guérir...
Ouvre ton cœur en toute confiance et avec bienveillance...
Cette énergie de la déesse en toi ne demande qu'à être libérée,
à être honorée et à révéler sa grande beauté !
La déesse en toi qui incarne l'amour du féminin sacré t'appelle...
Entends-tu son doux murmure, entends-tu son chant libérateur ?
Femme,
Que l'énergie de tes pouvoirs ancestraux, enfouis au cœur de tes cellules,
réveille ta nature de femme originelle !
Pacifie ton regard sur toi-même et donne vie à qui tu es réellement,
Sois en paix avec toi-même,
Réveille la déesse en toi,
Révèle ton essence divine !
Élève-toi au-dessus de tout,
ce qui jusqu'à ce jour, t'a empêché d’être toi-même...
Retrouve ton pouvoir et ta liberté !
Sois enfin toi !

Brice DELEZAY
brice.delezay@wanadoo.fr

Apprendre à s’aimer pour aimer l’autre
En regardant les années passées, je peux dire que plus je me connais, plus je connais les différentes parties en moi, de la partie la plus sombre à la plus lumineuse, plus j'apprends à les voir telles qu'elles sont et à les aimer. J'apprends l'indulgence pour les manques, les faiblesses, à apporter les soins nécessaires, l'amour, la tendresse, la patience et je sens que les blessures se referment, que la stabilité est présente en moi, ainsi que la confiance, la persévérance et la joie !
Plus je suis dans une relation de confiance avec moi-même, plus je peux être dans une relation saine avec l'autre car je n'attends plus (ou presque plus) qu'il ou elle vienne combler un manque en moi.
Comme je sais que je mérite le meilleur, je le souhaite à l'autre aussi.
Dans cette confiance et cette stabilité, je peux m'ouvrir, laisser mon cœur parler, voir les choses et les êtres tels qu'ils sont, me respecter, prendre position et agir, voir la beauté des êtres et de la nature, être reconnaissante pour la nourriture, pour toutes les personnes et les êtres qui travaillent pour que nous ayons le nécessaire chaque jour.
Vivre en harmonie avec la Nature (le plus possible) et prier pour que chacun trouve le chemin de la paix en son cœur. Longtemps je me suis sentie impuissante face à tout ce qui se passe dans le monde, la sensation que je ne pouvais pas y faire grand-chose, c'était trop loin, trop terrible. Et maintenant je sais, il y a tout le travail que je peux faire autour de moi, les petites choses du quotidien et aussi l'amour que j'envoie à la Terre et aux êtres qui y vivent, la prière, qui souvent s'accompagne de chants ou du tambour. J'offre mon amour et je sais qu'il sera utile quelque part !

Cosette

La femme est

La Femme est l’Arbre Monde aux racines profondes de sa lignée oubliée
La Femme est l’Oiseau délicat aux peurs solitaires et enfouies
La Femme est la Lune nouvelle ou pleine aux cycles mouvants
La Femme est l’Étoile céleste meurtrie par la souffrance des fragiles
La Femme est l’Écume de l’océan blessée de ses sœurs bafouées
La Femme est la Terre mère labourée de violences ou fécondée de semences
La Femme est le Feu sauvage attisé par le souffle de ses colères ardentes
La Femme est la Montagne primitive érigée par la force de son instinct
La Femme est le Vent indompté uni à la douceur caressante de la Brise
La Femme est la Source vive auprès de laquelle l’homme vient s’abreuver
La Femme est le Soleil matriciel recréé chaque matin dans l’espoir de ses enfants

Virginie Le Tarnec
virginieletarnec@wanadoo.fr


Les valeurs féminines, une clé pour notre humanité ?

Comment, dans un contexte fort de bouleversements et de paradoxes, les valeurs féminines et leur puissance, telles que l’amour, la douceur, la tendresse, la vulnérabilité… peuvent nous donner des clés pour améliorer nos relations et nous permettre d’évoluer en tant qu’êtres humains dignes, conscients et responsables.
Et si la féminité était la quête de notre époque ? La moitié de l’humanité est concernée par cette démarche. Et l’autre ? N’avons-nous pas tous les deux polarités - féminine et masculine - en chacun de nous ? Alors si chacun(e) pouvait se questionner sur ses valeurs profondes, ses ressentis, sur ce qui le/la meut de l’intérieur, du fond de ses tripes, dans son cœur, son corps et dans l’ombre de son esprit, ici et maintenant, nous pourrions nous ouvrir de plus en plus à cette part féminine que nous portons tous.
Et j’ose imaginer que les femmes et les hommes partant à la découverte de leur propre
profondeur pourraient modifier la donne dans les relations hommes-femmes et par là même
dans l’équilibre du monde...

Imaginons, cette joue, douce et veloutée d’un jeune enfant qui se tend pour accueillir un tendre bisou, enlace notre cou et nous serre fort de ses bras, et notre cœur s’emplit d’émoi et fond.

Imaginons cette main délicate et fine posée sur une épaule masculine tendue qui se relâche, et notre souffle s’apaise et se pose tranquillement au creux de notre plexus.

Imaginons ce ventre rond et plein d’une nouvelle joie à venir et cette main carrée, puissante qui apprivoise les mouvements internes, et nos yeux s’embuent un instant, dans la magie de la vie.

Imaginons cette voix qui fredonne au chevet du souffrant, la main fraîche sur son front, notre douleur se dissipe, et notre respiration s’allège.

Imaginons ces femmes qui se réunissent pour partager leurs secrets, leurs intuitions ou leurs peines dans la sororité et la simplicité, et notre tête se redresse, nos épaules se dégagent, et la joie monte en nous.

Imaginons ces danses de cérémonies, dans la joie et les rires et notre pas devient plus léger, notre hanche ondule.

Imaginons cette amie blessée qui ose dire à l’autre à quel point son cœur a été meurtri et qui dans sa sagesse et sa générosité, lui pardonne, notre cœur bouleversé fait couler nos larmes.

Imaginons ces hommes réunis, se tenant par les épaules qui s’entraident et se soutiennent dans leur puissance et leur vulnérabilité et notre ventre s’agite.

Imaginons cette main forte et douce qui nous relève le menton afin que cette bouche se pose délicatement sur nos lèvres et notre sexe palpite.

Imaginons, ces courbes et ces creux, cette forêt sombre et mystérieuse, cette peau soyeuse et des baisers la parcourir lentement et délicatement, et notre être entier se met à vibrer.

Imaginons, Imaginons, Imaginons. Et si tous ces gestes, ces attentions, cette présence, cette conscience, cette lenteur, cette sensibilité, cette ouverture, cette rondeur, cet amour étaient bien réels ? Oui, il nous appartient, chaque jour de cultiver ces dimensions, ces valeurs, ces forces, de les répandre et les partager.

Nous, femmes, percevons, ressentons, vivons, au cœur et au creux de notre être ces énergies.
Chaque mois, notre corps et notre être se préparent au miracle de la création d’un nouvel être, de la vie et nous sommes ainsi faites que nous avons cette capacité à partager cela avec l’autre, homme, femme, enfant, animal, nature. Nous sommes dépositaires de la sagesse et responsables de sa transmission, par l’éducation, la communication et la relation.

Parce que nous, êtres humains, sommes des êtres de relation, de lien, d’attachement, de partage, d’échange. Nous avons besoin d’être aimés, regardés, touchés, accueillis, entendus, reconnus, nourris, câlinés, protégés, rassurés tout au long de notre vie et avons souvent été carencés dans ces besoins fondamentaux à tel point que ce qui semble si simple, l’est rarement. Nous devenons maladroits, inquiets, angoissés, impuissants, durs ou démunis par rapport à l’autre lorsque l’on se confronte à la différence, à l’inconnu, à l’incompréhension et à nos peurs.
Pouvons-nous apprendre ? Apprendre à être plus réceptif, plus doux, plus tendre, plus présent ? Oui, nous femmes pouvons apprendre parce que nous le savons déjà et les hommes aussi, le savent également. Nous tous le savons car c’est inscrit dans notre cœur. Alors, osons une main posée, un regard tendre, un léger sourire, un mot doux. Ainsi notre cœur chavire, s’ouvre et renaît à la beauté et à la vie. La danse fluide et légère peut reprendre, comme une valse à trois temps, donner-recevoir-aimer, pour célébrer la vie.

À l’aube d’une nouvelle ère, d’une humanité plus consciente, parce que son avenir en dépend, nous avons à nous tourner vers l’autre, dans la confiance et l’amour. Les manifestations du 11 janvier en témoignent, c’est dans l’amour et le partage que nous nous retrouvons, que nous nous reconnaissons comme êtres humains dignes et vivants, debout et fiers, loin de la guerre, de la violence, de la barbarie. Le lien véritable d’être à être, de cœur à cœur, est nourri par des forces puissantes que sont l’amour, l’amitié, la tendresse, la douceur, la compassion, la chaleur, l’abandon de soi, la conscience et l’intimité. Alors, traversons nos peurs, passons au-delà de nos blessures, de notre orgueil et nos différences, pardonnons et osons cette intimité qui nous rend plus authentiques et vulnérables. Nous pourrons ainsi nous dévoiler peu à peu, en confiance, et montrer à l’autre qui nous sommes vraiment, dans l’ouverture du cœur et la simplicité, si l’on reconnaît que l’autre fait de même du mieux qu’il peut. Ainsi, nous pourrons grandir ensemble, nous ajustant dans le respect mutuel et l’altérité et construire un monde meilleur.

Carlotta Munier
Gestalt-thérapeute et Sexothérapeute, animatrice de stages de développement personnel, de
groupes de femmes et de stages de Tantra.
Auteure de « Sexualité Féminine : vers une intimité épanouie » - Éditions Le Souffle d’Or, avril 2015.
sexotherapie13@orange.fr
www.sexotherapie13.com

L’alchimie du sourire :
Un secret de femme pour nourrir les humains !
Le sourire est un langage universel ; il nous permet d’entrer en communication avec n’importe qui, avec tous, et surtout avec nous-mêmes. Quand j’allaitais ma fille, je ressentais tellement d’amour pour ce petit être blotti contre mon sein, qu’un sourire s’inscrivait sur mon visage ; de même, quand elle me regardait, le sourire naissait sur mon visage ; c’était l’expression de l’amour qu’elle éveillait en moi ; je n’avais pas à « créer » ce sourire, il était là, comme une évidence. Pour cette raison, je dis toujours que les enfants sont de grands maîtres ; ils sont capables de nous faire sourire en toute circonstance. Je ne sais pas pour vous, mais je suis incapable de ne pas répondre au sourire d’un enfant ; c’est tellement pur, puissant. Le sourire d’un enfant, c’est un coup de baguette magique dans la vie de la personne qui le reçoit ! La magie d’un sourire, c’est qu’il est gratuit et dans notre monde mercantile cela est un vrai trésor ; il existe de nombreux sourires :
Le sourire de bienvenue est celui qui me met à l'aise quand j’arrive chez quelqu’un, quand je rencontre une personne, même si nous ne nous connaissons pas ; c'est aussi le sourire de politesse ; il n'est pas intime mais ouvert sur notre environnement. C’est un accueil, la promesse d’échanges.
Le sourire complice me permet d’exprimer une appartenance, une connivence, une entente, une complicité ; par exemple, dans une soirée entre amis, il m’est arrivé, alors que la discussion va bon train, d’échanger un regard complice avec une amie, quand une autre exprime son avis ; vous savez, c’est ce sourire qui nait d’un regard, et qui me fait penser « je pense comme toi, on ne dit rien, mais nous deux, nous sommes sur la même « longueur d’ondes » .
Le sourire séducteur est celui qui va désarmer et en même temps rassurer son destinataire ; son objectif est de mettre l'autre en confiance et le rallier à sa cause, que celle-ci soit professionnelle ou personnelle. Je reprends une situation avec un enfant : qui mieux qu’un enfant peut nous séduire pour obtenir ce qu’il désire ? Nous faire le plus beau des sourires, et, nous faire craquer !
Pour se donner de l’assurance , le sourire audacieux est un sourire « obligé » qui nous aide à retenir et à mettre en avant nos succès, nos qualités et nos aspects positifs ; il nous aide à aborder une situation stressante en étant plus détendu. Mon premier métier a été professeur ; quand j’ai commencé, j’avais des élèves à peine plus jeunes que moi, et c’est sûr que j’ai dû utiliser ce sourire pour mes entrées en cours ; j’avais à coeur de les respecter mais aussi de me faire respecter ; je peux dire que dans mon souvenir ces sourires étaient plutôt brefs, très retenus, et laissaient rapidement place au sérieux du professeur.
Et il y a le sourire gêné, c’est celui que nous faisons quand nous venons de faire une erreur, ou d’agir avec doute, il arrive comme une excuse ; la honte submerge, le désarroi envahit, alors un sourire gêné apparaît. Le sourire met en confiance, il permet la détente. Le meilleur pour moi est le sourire de contentement ! Indistinctement, il accueille ceux et ce que l'on aime, il exprime le plaisir, le bien-être.
Alors, combien de fois souriez-vous dans la journée ? Difficile à dire ! Et de quelles façons souriez-vous ? Est-ce pour exprimer le plaisir ? Le contentement ou...? Pour les taoïstes le sourire est la voie du pardon et plus particulièrement la pratique du Sourire Intérieur ! La pratique du sourire intérieur est une méditation aisée et joyeuse qui entraîne le système nerveux à une relaxation profonde. En tournant les sens vers l’intérieur, en se souriant à soi-même, en souriant à nos organes, nous pouvons réduire le stress et augmenter notre force vitale ! Sourire à soi-même, à nos organes, nous permet de développer la gratitude envers notre corps. Cela nous amène à être émerveillées par cette machine fabuleusement complexe et par son activité incessante dont l’objectif ultime est de nous maintenir en vie et en bonne santé ! Maître Mantak Chia nous dit : « La voie taoïste du pardon est la pratique du Sourire Intérieur. Lorsque vous sentez les émotions négatives monter, ne jugez pas les hommes ou les situations. Soyez à l’écoute de vous-même, en contact avec votre nature profonde, et utilisez la méditation du Sourire Intérieur pour transformer vos sentiments négatifs en énergie positive... »
Le sourire intérieur peut s’exprimer de 2 façons : vers soi à soi et de soi à soi ... là, je sens que je dois préciser...! • vers soi à soi : je souris à mon corps, à mes cellules, avec gratitude ; je leur souris en les remerciant de maintenir mon corps en bonne santé, de me permettre de vivre mes expériences de vie, en confort ; • de soi à soi : mes cellules me sourient, je les ressens détendues et heureuses de me « servir » ; là il n'y a pas de volonté, je reçois le sourire de tout mon être : c'est le sourire intérieur ; ce contact nous rend heureux, serein ; je vous le souhaite !
Alors... sourions ! Se placer face à un miroir et se sourire comme l’on aime sourire à quelqu’un que l’on aime, à sa meilleure amie. Si cela parait difficile, fermer les yeux et imaginer cette amie devant soi et le plaisir de la rencontre. Sourire à cette pensée. Maintenir ce sentiment en ouvrant les yeux face au miroir. Se remercier pour ce sourire. Maintenir le sourire et ressentir comme c’est bon ! Puis reproduire ce sourire face à d’autres : à la maison, au travail, dans la rue... Et appréciez tous ces sourires qui vous reviennent ! Voyez comme le monde est différent ! ! Changez ! Souriez ! ! !
Benj DROUET
Instructrice certifiée par Me Mantak Chia (Sénior) en sourire intérieur, Benj.drouet@infonie.fr
www.beaute-et-tao.com
« Sexualité féminine - le secret des femmes papillons » de Benj. Drouet-Rousseau Ed Medicis






****

Art, thérapie et pourquoi pas les deux ? !
A la découverte d’une méthode d’art thérapie unique et originale : l’art-thérapie ARTHERE, où les sens sont les portes d’accès vers notre Intériorité, notre Créativité.
« Une quête de sens par la voie des sens »
Nicole Weil, fondatrice de la méthode.
Nous avons tous une trace à laisser, comme celle de nos crayons sur la feuille encore vierge de nos vies. Mais quelle sera la vôtre ? Quelle sera la mienne ?
Alors que mes crayons ne m’ont jamais quittée depuis ma plus tendre enfance, fidèles compagnons et confidents de mes émois et des maux qui ne pouvaient se mettre en mots, ce n’est que bien plus tard que le terme d’art-thérapie est venu résonner à mes oreilles, sonnant comme une évidence. Il faudra encore quelques années afin de trouver la méthode qui me conviendrait dans toute la palette proposée.
Mais dans la vie, pas de hasard, rien que des rendez-vous !
J’ai rencontré en terre québécoise, Jean-Yves Leloup, qui me recommanda vivement la lecture d’ouvrages écrits par une femme, Nicole Weil, sur sa méthode d’art-thérapie[1] . Femme d’exception, avant-gardiste, menant tout ça de front, seule. Véritable Initiatrice pour moi et à qui je rends hommage ici aujourd’hui.
A la lecture de ses ouvrages : une vérité qui jaillit au plus profond de moi ! Ce que j’avais toujours ressenti ou comment chaque art (musique, dessin, peinture, modelage, expressions corporelles, sons...) peut raconter et même ici inter-communiquer !
« Nos sens sont les portes d’accès à l’âme », adage tibétain vieux de plus de 3000 ans.
La méthode ARTHERE utilise tous ces outils en expression libre. Où dessin et modelage sont réalisés les yeux fermés afin de laisser l’inconscient s’exprimer. Où le corps et les sens sont les premiers interlocuteurs, ceci notamment grâce à un toucher psycho kinésique de l’œuvre. Ici pas de dictionnaire des rêves, ni de grille d’interprétations des dessins !
Vous seule savez ! Vous seule êtes actrice de votre guérison !
Humblement, avec empathie et compassion, nous jalonnons le chemin à vos côtés.
Les 4 Phases d’une séance :
Quatre phases et oui Mesdames ! Comme pour notre cycle interne.
Autre point fort : le travail cyclique au cours d’une séance : Révélation, Purification, Transmutation et Intégration. Une fois la révélation inconsciente sur la problématique consciente établie, un travail de purification est effectué grâce au dessin et à la musique et ceci jusqu’à la phase de transmutation afin d’aboutir à la phase finale d’intégration.
En résumé : nous pouvons dire qu’une charge négative est débloquée puis purifiée, ensuite vient la phase de retournement de l’énergie en positif avec la transmutation qui permet donc de réintégrer une charge positive. Grâce à cette méthode où vous êtes pleinement actrice, petit à petit vous vous reconstruisez, vous recontactez des potentialités encore inexploitées, vous vous libérez et libérez votre Créativité ! Ceci afin de vous mettre au Monde, à la Vie ! Ce que Jung appelait : Le processus d’individuation. Peut-être était-il écho psychologue d’avant-garde ?

Plus de Paix dans nos Cœurs et dans nos vies, c’est plus de Paix dans notre Monde.

C’est avec une grande joie que je pratique cet art et surtout beaucoup d’humilité lorsque je suis le témoin de ces instants de Grâce au cours des séances où le Vivant joue la Symphonie du Grand Œuvre pour la guérison de la personne présente, qui n’est autre que notre guérison à tous et celle de notre Terre-Mère, en Harmonie avec l’Univers et toute la Création.
Joie toujours grandissante aujourd’hui de vous rencontrer, vous Femmes, Sœurs en chemin. De vous accompagner, d’avancer ensemble main dans la main, cœur contre cœur vers cette Conscience grandissante du Féminin et d’allier ma pratique à son service. Alors que celle-ci s’était de manière naturelle orientée vers l’accompagnement des enfants et de leur famille de par ma formation initiale auprès des enfants, c’est aussi naturellement qu’aujourd’hui elle s’oriente vers les jeunes filles, les femmes, m’étant moi-même mise en chemin à vos côtés. Puissent les hommes être les prochains.
Joie encore de vous savoir toutes là !
Écrivez vos vies, Dessinez vos rêves, Dansez la Vie !
Tissons nos liens au quotidien !
Dans la Joie !
Amour et Vie.

Virginie Joly-Caquineau, Femme, Mère, Aimante.
Art-thérapeute et formatrice à l’école d’art-thérapie ARTHERE - Méthode Nicole Weil. Professionnelle de la petite enfance, formée à la pédagogie Montessori 0-3 ans. Moon Mother, anime des cercles de femmes.
jolyvirginieangel@yahoo.fr
art-therapie-arthere.fr

[1] « À la rencontre du soi et ma pratique de l’art-thérapie, Protocoles en art-thérapie », Éd. du Souffle d’Or.


La voie de l’art, un chemin sensoriel d’exploration créative pour aller vers Soi


La pratique de l’art, sous quelque forme que ce soit, amène l’être humain dans un mode d’expression qui lui est spécifique, qui est sien, qui le révèle, qui lui révèle sa véritable identité.


Que nous soyons « acteur-créateur » ou « spectateur-récepteur », lorsque nous nous confrontons à l’expression artistique quelle qu’elle soit, nous agissons. Tous nos sens s’éveillent. Nous plongeons alors dans notre espace intime où histoire personnelle, croyances, patrimoine familial, culturel, éducatif et religieux s’entremêlent et nourrissent notre création, notre perception. L’œuvre en question devient catalyseur d’émotions, de ressentis et de réflexions.

Pratiquant les arts plastiques depuis l’enfance, chaque fois que je me retrouve devant cet espace vierge, que je vais m’approprier avec la couleur, la terre ou tout autre matériau, des ressentis paradoxaux m’habitent : l’enthousiasme, la retenue, la crainte, l’audace, tous se bousculent jusqu’à l’instant du premier geste qui entame le processus créatif. En tant que thérapeute, je fais cette même observation. Présente et ouverte à la personne qui œuvre devant moi, je vois celle-ci faire se dérouler, par le biais de la couleur, du dessin, du modelage, de la mosaïque ou toute autre technique plastique, le magnifique fil créatif qui l’amène petit à petit à se connecter à qui elle est vraiment.

Ce qui émane de chaque moment de création est un immense sentiment de plénitude, de lien profond avec l’essence même de la vie. Une vibration intérieure qui nous connecte avec qui nous sommes. (Lorsque je pratique le land art avec mes patients : cette observation devient extrêmement vive. La nature devient palette, matière, espace de création. Ce lien avec l’environnement naturel dynamise la créativité de la personne, la ramène à son essence pure, à son appartenance).

Le geste créatif quel que soit son support donne à l’être l’occasion de s’exprimer. L’âge ne rentre pas en ligne de compte, et pourtant. On observe la facilité avec laquelle un enfant s’abandonne à son potentiel créateur de manière déconcertante. Il laisse aller ses mains ; les couleurs, le trait, la matière, tout est exploré. Il n’y a de sa part aucun jugement. Il fait. Il découvre dans la joie et une sorte d’application : la rondeur des formes ou leur rudesse, la souplesse du trait ou sa fermeté, l’harmonie des couleurs mais aussi leur disharmonie, tout est prétexte à créer, à s’extasier. L’esthétique ne sera qu’une appréciation personnelle de ceux à qui il montrera son œuvre : « C’est beau, ce n’est pas beau ».

En effet, l’esthétique n’est qu’un aboutissement subjectif. Certes, il peut contribuer à la restauration de l’image de soi mais avant tout, dans ce mode d’expression artistique, l’élan qui emmène la personne à donner d’elle, à se montrer, va contribuer à l’ouvrir à elle-même, à sa ressource créative. Durant ce moment de rencontre avec soi, le plus difficile à éviter est effectivement le jugement. Malheureusement bien des personnes se confrontent à cette étape : l’œuvre aboutie ne répond pas à une exigence de l’ego, à cette blessure narcissique contractée pendant l’enfance qui est restée là, béante, anéantissant tout désir d’expression et entraînant avec elle tous les dommages qui vont freiner l’épanouissement de l’être.

La créativité, ne naît pas du talent, elle est engendrée par l’ouverture à soi-même.

Le choix de la technique : peinture, dessin, modelage, collage, mosaïque, land art... émane du désir de la personne. Celle-ci va se sentir attirée et entrer en relation avec la technique qui va petit à petit la révéler. Puis va en découler cette ouverture à soi-même. Cette étape passe souvent par l’inévitable phase du rejet : « Comment ai-je pu produire cela ? ». C’est dans cette phase difficile que le patient a particulièrement besoin d’être soutenu en le confrontant à cette réalité : « Oui, c’est bien toi qui as créé cette œuvre, mais ton regard est filtré par ta blessure ! ».

Observer ce qui nous déplaît dans notre œuvre est comme prendre en compte cette part de soi qui est dans l’ombre. La regarder objectivement dans l’acceptation initie le processus de guérison. Et ce qui était sombre, désordonné, qui générait de l’aversion, du rejet, devient source de joie et d’épanouissement. « Je crée comme je le ressens, comme je le vis et c’est le plus important ! » La personne entre alors en amour avec la technique qu’elle fait sienne, elle la vit, elle respire avec elle, celle-ci l’habite quotidiennement, au-delà des séances de thérapie. La magie s’opère alors, le processus thérapeutique se met en place et la créativité se déploie.

La créativité s’élève au-dessus de tout préjugé et exigences égotiques. La personne alors, en explorant tous « ses possibles », s’enrichit d’elle-même, de sa propre source.

Travaillant auprès de personnes déficientes, j’ai découvert au fil de ces douze années de pratique en institution combien l’art pouvait stimuler le désir, l’enthousiasme, puis générer la confiance et l’estime de soi. Que ces personnes soient contemplatives, ou qu’elles soient créatives pleines d’enthousiasme avec ou non du talent, que leur œuvre parte ou non pour une grande exposition internationale telle que celle proposée par « l’association My Heart » ; chacune d’entre elles se sera appropriée ces instants de créativité comme une part d’elle-même.
L’universalité de l’art fait tomber toute frontière : chacun dans son processus créateur va donner de lui, de sa vérité. Ce message sera accueilli avec enthousiasme ou pas, mais il véhiculera avant tout la liberté d’expression, la liberté d’ÊTRE.

Martine VIOLLEAU
Art thérapeute. Je travaille depuis 12 ans en institut médico-éducatif et exerce également en libéral où le rebirth, la gestalt, le travail psychocorporel et le rêve éveillé s’associent pour une approche global de la personne.
martineviolleau@yahoo.fr



Du senti, un chemin vers soi

Lorsque je suis entièrement dans ma création sans me préoccuper du résultat, quelque chose de moi peut s'écouler, mes énergies sont éveillées, je suis alors en mouvement à l'intérieur. Beaucoup de choses vont pouvoir se dire dans un langage qui se passe de mots. Cela permet d'exprimer des émotions enfouies, de laisser s'écouler à l'extérieur de soi des énergies restées jusque-là bloquées dans le corps. Cela est très bénéfique, libérateur et restructurant si l'on est bien accompagné. Si je n'interromps pas le processus et si je reste dans la confiance et le lâcher-prise, quelque chose de moi va pouvoir se libérer et je vais vivre une véritable transformation.
Ma propre expérience d'artiste ainsi que la richesse des expériences vécues auprès des personnes que j'accompagne à l'atelier depuis plus de 20 ans, m'ont permis de développer et d'approfondir ce que j'ai appelé « l'Art du Senti ».
Dans l'Art du Senti, nous sommes conduits au cœur de l'être. L'œuvre et l'être deviennent des miroirs. Lorsque nous partageons cela à l'atelier avec d'autres personnes, il y a une communion dans le silence, un sentiment de joie et de paix.
L'art-thérapie est une des fonctions de l'art. L'Art du Senti permet de guérir de ses blessures, parfois très anciennes et remontant à notre incarnation, et à la façon dont on a été accueilli. La terre est inconditionnelle et accueille tout de nous.
En modelant la terre, nous redécouvrons et développons notre toucher et cela nous reconnecte à notre propre corps, et à l'image que nous avons de nous-mêmes. Le toucher est une fonction essentielle qui nous a construits.
En médecine chinoise, la terre est l'élément fondamental qui vient rééquilibrer tous les autres. La terre va patiemment nous désinhiber et restaurer notre image de soi, venant toucher avec beaucoup d'amour ce qui a besoin de guérir en nous.
Mon chemin de vie m'a conduite à l'Art Sacré. Depuis quelques années la femme sacrée m'est apparue dans la terre. Mes sculptures incarnent les multiples facettes et visages du féminin sacré. Aujourd'hui je propose un nouveau cycle que j'intitule « s'éveiller à son féminin sacré ». C'est un chemin vers la transcendance où nous allons nous laisser enseigner par nos œuvres ; c'est un chemin vers notre beauté et notre lumière. C'est un chemin qui, à travers différentes étapes, nous conduit à la joie d'être, état vibratoire très élevé ; la personne s'efface et c'est la déesse qui apparaît, la femme sacrée. Libres de nous-mêmes nous devenons pur canal.
Mon travail se situe en dehors de toute conceptualisation mentale. Je porte sur les œuvres un regard ouvert, hors jugement, au-delà de l'apparence, ce que j'appelle « la vision profonde ». Chaque pièce contient en elle-même son Secret de fabrication.
Certaines pièces apparaissent pour nous libérer de quelque chose et nous pouvons choisir un rituel pour les redonner à la terre ou à l'eau. Ainsi nous faisons de la place en nous pour accueillir le Nouveau.
Il y a des pièces de guérison qui nous font traverser différents états intérieurs jusqu'à nous amener à une véritable transformation.
D'autres pièces naissent de la grâce, d'un espace en soi de liberté. Ce sont des œuvres qui révèlent notre femme sacrée.
A travers l'Art du Senti, nous vivons toutes ces étapes.
Chacun chemine vers son œuvre authentique. Cela procure une joie profonde et le sentiment d'être à sa place dans l'univers.

CRÉER
Créer c'est ouvrir un espace de non-pensée.
Lente traversée à l'intérieur de Soi-même,

Et S'ouvrir au Mystère...

L'esprit vide, le cœur à fleur de peau,
Incroyablement rassemblée, prête à bondir,
Puiser à la source de l'instant présent
Dans la confiance et l'abandon ;

Entrer dans cet espace de tous les possibles,
Moment d'unité connectée à sa source
Élan absolu du cœur sans cesse renouvelé

Au sommet de la réalisation l'œuvre a une aura,
Moment délicat et précieux où le sacré descend,
S'incarne. Instant à ne pas manquer, instant
De perfection où l'artiste doit se retirer,
Seulement contempler...

Véronique Viala
Peintre et Sculpteur
veronique@terreetvie.asso.fr
www.terreetvie.asso.fr
www.terre-et-voix.fr
.

Jouer avec les couleurs de la vie

J’ai pu expérimenter de diverses manières les pouvoirs de l’art sur la santé et la vitalité, dans mon quotidien, en tant que patiente et en tant qu’animatrice d’ateliers. Laissez-moi vous conter un peu comment !

Tout commence par les quatre éléments.
Marie-Agnès est relaxothérapeute-sophrologue. Depuis deux ans, je la retrouve toutes les semaines. Je me détends auprès d’elle et surtout je peux déposer mon sac d’émotions contrôlées ou retenues, mes soucis et mes questions auprès d’elle. Je dépose mes blessures, je laisse les larmes tomber, je laisse le sol s’en abreuver. Marie-Agnès accueille. Elle écoute. Elle m’aide à laisser passer mes angoisses comme des nuages gris dans un ciel bleu qui filent sous le vent naturel de la vie. Elle m’aide à avancer.

Un jour, elle m’invite à un travail un peu particulier. Elle propose que je confectionne sur plusieurs séances des mandalas, des mandalas qui représenteraient chacun un des quatre éléments. J’accepte.
Il y a quelques années, lors d’une crise aiguë de fatigue, le coloriage de mandalas m’apaisait. Cela me permettait de me concentrer, de clarifier mes idées, de les affirmer, de les trier, de libérer mon imagination sans qu’elle se disperse. Pourtant, une personne dite « soignante » avait décrété devant moi que « seuls les psychotiques font des mandalas » ; je ne voulais pas être « psychotique » et j’arrêtais cette occupation tout de suite. Marie-Agnès balaye cette remarque : tout le monde trouve des bénéfices à utiliser des mandalas ! Je lis alors divers ouvrages sur les bienfaits de ces cercles concentriques.
Puis, Marie-Agnès amène une grande feuille cartonnée, environ 50 cm sur 50 cm, elle me guide dans des visualisations, notamment par des exercices corporels et de respiration. Je peux cueillir et ramasser toutes sortes d’éléments de la nature dans le parc où se situe le cabinet : de la terre, des herbes, des feuilles, de la mousse, des fleurs... Marie-Agnès me présente aussi de belles revues où je peux découper les images que je souhaite. J’ai accès à des pastels, des feutres, peintures et colles diverses. Avec tous ces matériaux, je crée, je crée et je raconte, les histoires surgissent, le sens se construit, mes énergies se rééquilibrent. Chacun de ces travaux me plonge dans la partie la plus créative qui réside en moi. Du doute, des peurs, je passe à la confiance, à l’assurance : je sens la source de mes idées et de mes envies vivantes. Ces quatre réalisations finissent ma thérapie.
En parallèle à cette thérapie, je suis assistante dans une communauté de l’Arche de Jean Vanier. Je propose des activités essentiellement artistiques aux personnes avec handicap mental : de l’expression corporelle, de la peinture, du chant... Je vais alors moi-même être amenée à me poser la question de suivre une formation pour devenir art-thérapeute. Je suis acceptée à l’école d’Avignon, mais je me rétracte prenant connaissance qu’il vaut mieux avoir un autre diplôme professionnel dans le milieu social, éducatif ou médical ou bien vivre déjà d’un art, afin de pouvoir vivre de cette profession. Je m’oriente alors vers la filière de l’éducation. Cependant, je garde à jour ma trousse d’activités artistiques.

Je suis en effet convaincue que le pouvoir de l’art est grand. Il permet de s’exprimer et quand on le fait tendre vers ce qui est le plus beau, il soigne. Combien de fois ai-je expérimenté cela, et de diverses manières ? Une personne me critique derrière mon dos. Certes elle dénonce un de mes défauts ou me plaint, mais loin de m’orienter vers quelque chose de meilleur, elle me blesse et m’enfonce. Si au contraire, cette même personne me parle directement, avec le sourire, et m’embarque dans une action, une danse, une peinture, un chant, la confection d’un objet... Je dépasse mes limites. Combien de fois une personne que je payais pour me confier me donnait l’impression de tourner en rond ou de parler dans le vide ? J’y ai passé des heures. Alors que dès que, par exemple, on me donne entre les mains des bouts de laine pour confectionner un jouet pour enfant, ou lorsque j’apprends une nouvelle chanson ou quand je suis amenée à danser ou bien que j’écris une histoire, je sens que j’avance. J’avance, car je construis. Je sais que je fais du mieux que je peux et que j’ai envie que cela soit beau. Le chemin pour le réaliser comme le résultat réchauffent le cœur. Je sens que ces réalisations soignent ce qui est tordu, dans le doute, blessé en moi. Le fait d’être capable de créer me guérit et me redresse. La création est par essence même un acte divin. Quand je crée, je me rapproche de Celui qui a créé, crée et renouvelle tout, lui qui est tout amour et guérit toute blessure. Et je suis sûre que cette chaleur à l’âme au moment de la création provient du fait d’être à ce moment-là si proche de Sa source.

J’ai vécu deux fois une semaine de Gospel sur les îles de Lérins avec d’autres jeunes qui comme moi venaient se ressourcer et chanter. La chanteuse Kristaa Williams, femme de voix et de cœur, nous guidait. A chaque fois, le chant est venu nous inviter à nous révéler et nous dépasser. Quelle force de voir chaque jour l’un d’entre nous fondre en larmes et les autres l’entourer, le soutenir et lui offrir la possibilité de trouver courage et amour. Nous avons vécu ensemble tout au long de ces semaines solidarité et multiples guérisons. Nos concerts ont touché les publics, ravis.

Même si les mots (lors d’une séance avec un psychologue) sont importants, même si le corps est important (pris en compte par un médecin par exemple), un acte, d’autant plus se rapprochant du beau est aussi, sinon plus efficace. Alors, allons-y, expérimentons-le : rêvons et dansons, chantons, jouons, tricotons, brodons, peignons, écrivons, composons ! La vie offrira dès lors ses couleurs, ses couleurs les plus bénéfiques.

SYLVN Isabelle
Conteuse, éducatrice, animatrice d’ateliers parents-bébés.
isylvabell@yahoo.fr
unniddedouceur.blogspot.fr



Entrons dans la transe !

Voici une invitation à porter un nouveau regard sur une pratique ancestrale qu'est la danse de transe, à travers le témoignage de ma propre auto-guérison. En lâchant la tête et le corps, cette libération permet d'accueillir son âme et de jouir de cette rencontre amoureuse de la matière et de l'âme.
Le terme transe vient du latin « transire » qui signifie « traverser », « passer ». En effet, la transe facilite le passage entre les différents niveaux de conscience. Connue comme voie de guérison dans tous les pays dont les cultes sont liés à la nature (comme en Afrique, Amérique, Australie, Sibérie), la transe rituelle était présente également dans le monde gréco-romain. Mais au fil du temps, ces pratiques furent reléguées au rang de paganisme et se sont perdues en occident. Face à ce phénomène qui reste mystérieux pour nos esprits rationnels, nous avons tendance à assimiler la transe danse à un simple défoulement ou une dépossession de soi. Dans le rapport au corps du monde occidental où le plaisir a été longtemps considéré comme honteux, la danse et la transe sont justement des états où le corps peut exulter d'être vivant.
La danse est venue réveiller mon corps en novembre 2003, de façon inattendue, à l'âge de 40 ans. Mon corps s'est mis à se mouvoir de façon spontanée, après un éveil de ma Shakti. Une intolérance au gluten s'est déclenchée au même temps, j'ai dû tout arrêter pendant 9 mois pour réfléchir sur mon choix de vie. Le fait d’avoir retrouvé ma vitalité par la pratique de ces mouvements spontanés, ainsi que mon goût retrouvé pour la danse me firent prendre conscience de l'importance primordiale d'être bien dans mon corps. En septembre 2004, je décidai d'entreprendre une formation en Art-Thérapie. Tout d'abord, j’ai suivi un cursus d’une année en « Art du Mouvement » (à l’INECAT à Paris), complété par une année en Musicothérapie Active afin d'approfondir le lien entre la pa

 

 

GALERIE

     
 

 

PORTRAIT DE FEMME

Uma Dinsmore-Tuli
Mon rêve : que l’on puisse vivre joyeusement sur cette planète, conscientes et émerveillées à chaque instant. J’ai la sensation que la liberté et le développement de son plein potentiel sont disponibles à toutes les femmes grâce à une pratique quotidienne qui nous relie à la terre. En sentant vibrer en nous sa vitalité et sa force de vie.

Le yoga et le tantra nous ouvrent les portes vers les délices d’être femme. Leur pratique nous invite à honorer les pouvoirs cycliques du corps féminin et à ressentir la présence du féminin divin.
Une pratique respectueuse et engagée du yoga féminin nous donne accès à l’unité de la conscience qui est notre nature véritable. Et c’est par la prise de conscience de cette nature intrinsèque que l’on peut développer le pouvoir et la liberté d’être femme.

Mon rêve : que chaque femme puisse disposer de cette expérience libératrice. Qu’elle puisse trouver en son corps la présence du divin, l’accueillir avec joie et ressentir l’unité avec cette présence. Les personnes qui font cette expérience vivent avec intégrité, car elles deviennent les gardiennes du courant de la vie et du vivant sur Terre.

Comment en suis-je venue à cette conscience ? Elle a surgi dans ma tendre enfance par une pratique autodidacte du yoga. L’un de mes souvenirs les plus lointains fut de réajuster la position de la main de ma mère pour qu’elle puisse ressentir l’essence de sa pratique. C’était en Angleterre en 1969. J’avais 4 ans et nous regardions un programme télévisé appelé « Yoga pour la santé ». Les personnes qui animaient cette émission incarnaient pour moi cette parfaite connexion.

Ensuite en apprenant à lire, j’ai découvert l’art de vie et la philosophie du yoga. Je rentrais dans un univers délicieux et pouvais entrevoir des territoires invisibles, inaccessibles dans un état de conscience normal, de tous les jours.

A travers le corps et la respiration, j’ai trouvé la source d’une grande rivière qui me nourrit depuis lors. Par cette rencontre si intime et si libératrice, j’ai appris que la joie du yoga venait du respect de sa propre intuition, dans la confiance de l’intelligence de son corps, vaisseau qui contient et répand le courant de la vie en soi.

Mes livres montrent combien le yoga nous aide dans la vie de tous les jours. Depuis 20 ans, je transmets ce savoir à des professeurs et à des yoga-thérapeutes. Beaucoup de femmes partagent ma vision et l’émergence de ces yoginis est cruciale dans l’évolution actuelle de la conscience globale.
 

 

 
 

© Rêve de Femmes 2009 - mentions légales